Travailler en camp : une passion pour la vie!
YAN D'AMOURS
DIRECTEUR DE CAMP

Lorsque vient le temps de choisir son profil d’études au collégial ou à l’université, nulle part on ne trouve le parcours CAMP! Et pourtant, c’est le choix de métier que font des milliers de jeunes étudiants durant la saison estivale : celui de passer 2 mois inoubliables à divertir et à s’occuper d’enfants de tous âges!

Ce fut aussi le mien en 2001, lorsque je décidai, à la demande d’un ami qui y travaillait déjà, de poser ma candidature pour un poste d’animateur au Camp de jour Bois-de-Boulogne. Je n’avais qu’une vague idée de ce que c’était que d’être animateur en camp : passer ses journées au soleil à faire des jeux avec des enfants et à bouger! Bien sûr, je n’avais pas saisi ce que l’expérience CAMP signifiait vraiment, il fallait que je la vive pour la comprendre.

Dès les premiers moments, je compris vite ce que les termes dynamisme et énergie voulaient vraiment dire en camp. Des chansons avec les jeunes, des jeux en grand groupe, des déplacements animés loufoques, des activités farfelues et diversifiées, des thématiques époustouflantes avec des personnages très crédibles, bref, j’avais du travail à faire pour devenir comme les animateurs expérimentés… Mais rapidement, je compris la vraie raison pour laquelle ces animateurs revenaient été après été au camp : l’ambiance positive et motivante qui y règne, le sentiment d’accomplissement que l’on ressent lorsque les enfants ont du plaisir lors d’une activité, mais aussi le sentiment profond de changer positivement la vie de ces campeurs. Jamais auparavant dans mes expériences professionnelles je n’avais ressenti autant de plaisir à travailler. Je décidai donc de poursuivre l’été suivant, et l’autre, et l’autre, tout en poursuivant mes études universitaires.

Puis, on m’offrit en 2006 l’opportunité de devenir directeur en camp de jour, ce que je m’empressai d’accepter. Évidemment, le rôle et les responsabilités changent avec ce poste et j’envisageais mal de quitter le « terrain » et ainsi d’avoir moins l’occasion d’interagir avec les jeunes. Par contre, je me rendis rapidement compte que l’impact que j’avais n’était plus seulement pour un jeune ou un groupe, mais bien pour un camp complet, c’est-à-dire pour l’ensemble des campeurs qui le fréquentent mais aussi les animateurs qui le composent et qui donnent une personnalité propre à chaque camp.

Pour moi, le camp a été une opportunité m’ayant permis de développer mes aptitudes de communication interrelationnelles mais aussi ma créativité, mon sens des responsabilités et surtout mon organisation, des qualités recherchées par tous les employeurs. Bref, un camp, c’est bien plus qu’un simple emploi saisonnier : c’est un univers, un milieu de vie qui permet autant aux moniteurs qui y travaillent qu’aux campeurs qui en bénéficient de vivre une expérience socialisante, stimulante et enrichissante.


Yan D’Amours
Directeur de camp,
Camp de jour Letendre – Camp de jour Saint-Sacrement