Le comédien Martin Larocque, bien connu pour son personnage de professeur d’éducation physique dans l’émission quotidienne Virginie et pour ses conférences sur l’estime de soi, sait de quoi il parle lorsqu’il est question des camps de vacances. Ses trois fils en ont fait l’expérience! « Je crois que le camp de vacances doit faire partie de l’éducation et de l’évolution de l’enfant », affirme-t-il sans hésitation.

 

« Les trois sont allés dans des camps, à la Ferme Marichel, au Camp Géronimo, au Camp Les Débrouillards et au Sanctuaire des Braves. », mentionne-t-il, tout en se souvenant de sa propre expérience de campeur. « J’ai aimé connaître cet esprit de liberté, entouré d’animateurs dynamiques. Ça nous amène à voir qui on est, de pouvoir imaginer des univers, comme a pu le faire par exemple mon fils Matisse au Sanctuaire des Braves. »

 

L’expérience Camp, c’est aussi l’occasion de relever des défis. « Ça amène les enfants sur des terrains qui leur permettent de développer l’autonomie et la confiance en eux », selon lui. Dans cet esprit, le rôle des moniteurs et des animateurs constitue un élément important dans la construction de l’estime de soi. « Pour les jeunes, les animateurs sont des idoles. Ils sont généreux. Le regard que leur porte l’animateur est donc important dans le développement de l’estime de soi », poursuit-il.

 

« L’enfant revient du camp, les yeux brillants. C’est pour ça qu’on envoie nos enfants vivre cette expérience », résume le comédien.

 

Martin Larocque envisage même d’ouvrir un camp de vacances. « J’ai même trouvé un nom, le camp de l’ennui! », lance-t-il un peu à la blague. C’est qu’il croit que les enfants peuvent aussi prendre le temps de s’ennuyer pour découvrir qui ils sont et faire place à l’imaginaire.


Avant toute chose, il invite les parents à faire une bonne recherche afin de les aider à bien choisir le camp qui accueillera leur enfant. « Nous avons cherché, visité le site des camps www.camps.qc.ca, etc., avant de faire notre choix. »  Dans le cas de ses fils, choisir camp thématique (cirque, ferme, etc.) a été « la meilleure façon de les accrocher ». Dans d’autres cas, ce sera un camp multidisciplinaire.

Note : Une autorisation de l'auteur du témoignage ou de son représentant est nécessaire pour reproduire ce texte en tout ou en partie.